14 juin 2010, Paimpont

Publié le par Fanny et Mathilde.

Entendez-vous murmurer les pierres et bruisser les feuilles ?! Entendez-vous le vent souffler dans les grands chênes et la pluie marteler notre fine paroi de toile ?!

Nous sommes en Bretagne !  Terre celtique, terre des fées et des korrigans, terre de Merlin, terre des chevaliers de la table ronde, terre où souffle l'esprit !

Quand je repense à notre traversée, mon estomac se noue, mais soudain les bruits et les odeurs de notre belle terre de France me font oublier ce passage sur l'eau. Depuis Le Conquet, nous avons encore usé de la gomme de nos chaussures.

W/ Pointe St Mathieu

Le 5 juin, cinq jours après notre débarquement sur Ouessant, nous avions rendez-vous à la maison de l'identité bretonne qui nous avait contacté quelques temps auparavant pour que nous donnions une conférence relatant notre aventure à travers l'Europe. Sous un soleil éclatant, que quelques Bretons ont du mal à supporter ,mais que nous chérissions, nous avons présenté notre Tour d'Europe à un public attentif. Première conférence officielle, premières erreurs, difficile d'exprimer tout ce que nous avons vécu et vivons encore. Des choses qui nous paraissent si anodines doivent être expliquées, la marche n'est également pas une activité si évidente : plus qu'un sport, c'est un travail sur soi : sur son corps, aussi bien que sur son esprit. Une démarche intérieure, qui en plus de nous faire découvrir des paysages avec une échelle de déplacement humaine, permet à l'esprit de se libérer.

Nous répondons avec plaisir aux questions de nos auditeurs.

Du Conquet à la maison bretonne, il y a 150 km. En moyenne, nous avalons une trentaine de km. par jour, cette fois, en partant le 2 à midi du Conquet, il nous faut marcher vite.  En trois jours et demi nous sommes à bon port. La marche nous fait du bien, nous remet de notre mal de mer. Les paysages jusqu'à Brest sont ceux de l'infini, ceux de l'océan. Juste avant Brest nous dormons au pied du phare. En arrivant de nuit, la silhouette du géant se découpe dans le bleu de la nuit comme un veilleur silencieux.

Z3/ Le phare du Portzic de nuit

Le lendemain, notre tente est détrempée par la rosée maritime. Mais le soleil brille et les premiers coureurs sont déjà sur le sentier. Nous en croiserons des dizaines, profitant de l'endroit pour s'entrainer ou tout simplement venir prendre une bouffé d'air frais avant d'aller travailler.

Brest est une ville triste. Bombardée avant "la libération", elle dresse face à l'océan une palanquée de blocs uniformes gris. Nous mettons toute la matinée à la traverser. Nous rencontrons Denis, que nous ne connaissons pas, mais qui lui, nous reconnaît. Il nous a vu sur l'affiche de la maison de l'identité Bretonne et nous propose aussitôt un petit déjeuner et l'hospitalité pour la nuit. Nous acceptons avec grand plaisir pour le soir, alors il nous fixe un RDV sur notre itinéraire, nous promettant de nous redéposer au même point dès le lendemain matin. Nous passons une soirée autour d'un copieux repas préparé par sa femme avertie de notre venue et autour de l'eau bretonne autrement appelée "cidre" ! Merci à leur générosité !

Depuis nous avons parcouru les Monts d'arrée, dont un sommet culmine quand même à 384 mètres ! C'est dans ces montagnes que nous avons passé plusieurs cols difficiles !

Le 3 juin, Mathilde fêtait ses 22 ans! Pour l'occasion, nous dégustons du foie gras avec son muscat et des saucisses de Molène et leur compotée de légumes! Jusqu'à tard dans la soirée, nos chants résonnent dans le petit bois où nous avions monté le camp. Première vraie nuit à la belle étoile, blotties sous une large branche aux feuilles légères, celles du printemps.

P6030158.JPG

Jeudi soir Isabelle et Joachim arrivent après des heures interminables de train, de bus et de stop, quel plaisir de revoir ces amis, de discuter avec eux sur les chemins, de parler tout et de rien, tant de choses à se raconter !

Vendredi soir, avant d'aller me coucher, je reçois un sms d'Alix : "on arrive ce soir, où êtes-vous?" J'étais à moitié informée de leur venue-surprise, donc à 23h46, j'enfile discrètement mon "pantalon petit lutin", ma polaire, et sort de la grange, trébuchant dans le foin pour aller stopper sur la route nos visiteurs-surprise. Lampe visée sur le front, j'écoute le moindre bruit de moteur, soudain des phares apparaissent : c'est eux ! Complètement excités à l'idée de retrouver leur soeur (qui ne se doute de rien et qui dort comme une bienheureuse dans la paille ), nous nous dirigeons vers la grange. Je leur indique le sac de couchage de Mathilde, car Isabelle et Joachim sont encore avec nous ! Ils se jettent dessus, et Mathilde ne sais plus ce qui se passe ... "quelle surprise" ! Échange d'un regard avec Alix  "Et c'est pas fini !". Le lendemain, nous prenons tous ensemble le petit déjeuner et, tandis que les parents gagnent le prochain village en voiture, nous partons tous à pied en direction de La Trinité-Porhoët. Nous sommes souvent apostrophés par des gens ravis de voir une jeunesse en marche. Pour le déjeuner, nous retrouvons les parents et nous installons dans un pré. Soudain, sept amis déboulent en criant, bouteilles de cidre à la main. "Joyeux Anniversaire Mathilde !!!!" Seconde surprise, on s'étreint, on papote et c'est une surprise pour moi aussi qui ne savait pas "qui" venait ! Cette fois, à force de parler, et de fil en aiguille, on se retrouve dans la forêt de Paimpont, autour d'un bon feu pour une veillée de tous les diables, à chanter et danser sur des airs traditionnels d'ici ou de plus loin de France et même d'Europe.

f/

Depuis ce matin, nous sommes de nouveau seules, ou presque, puisque Gauthier reste quelques jours marcher avec nous. La pluie s'est remise à tomber, mais la forêt n'en sera que plus mystérieuse.

  i/ Forêt de Brocéliande

Le temps passe vite, à croire que nous subissons le sort des voyageurs égarés, ceux que le petit peuple invite à danser et, qui des années plus tard, ressortent en ayant l'impression d'avoir passer une seule soirée à festoyer. Bientôt neuf mois de voyage, bientôt le sud, bientôt nous retrouverons nos amis et notre famille, bientôt les cigales se remettront à chanter pour nous aussi !

Publié dans Carnets de voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bruno 21/06/2010 22:12


Bon solstice à toutes les deux ! Et encore tous mes encouragements.


caron 17/06/2010 23:54


coucou les filles je me demande ou vous éte arriver maintenant mes enfants vous on reconnu mardi sur le ouest france c'était un énorme plaisir de vous héberger a plouguenast un gros bonjour et
bonne chance pour le dernier mois en éspérent avoir de vos nouvelles merci


Fanny et Mathilde. 18/06/2010 10:43



Merci pour votre message, nous sommes actuellement à Rennes ! Bientôt Laval et la longue redescente vers le grand sud !


Nous gardons un excellent souvenir de notre nuit dans votre grange, merci à vous !


Mathilde et Fanny



claire 15/06/2010 22:26


Bonjour,
Vous avez les encouragements et les félicitations d'un groupe de scouts de 18 ans qui vous admirent pour votre exploit, cela donne envie de s'évader pour découvrir le monde!! =)=)
bonne continuation et bonne vie!


Sola 15/06/2010 19:05


Comme à mon habitude, je survole le journal à la recherche des informations locales pouvant m'intéresser, c'est très rare que je lise la page "aventure" et l'article d'aujourd'hui, votre périple
m'a captivé. Vous ne l'avez pas terminé, mais je vous félicite quand même d'être arrivées jusque là "sans avoir utilisé la bombe lacrymogène"^^. Bon courage pour la suite les filles ! Patrick


Thibault 15/06/2010 18:14


felicitations a vous deux pour ce magnifique projet! je viens de le découvrir a travers l'article du ouest france!!!
je vous souhaite bon courage pour la fin de votre périple!!! et si vous avez besoin d'etre hébergé dans le 85 ca sera un plaisir!


Fanny et Mathilde. 18/06/2010 10:33



Merci pour ces encouragements et pour l'invitation, mais notre route vers le sud passe bien à l'Est de la Vendée !


Cordialement


Mathilde et Fanny



Yves Mahé 15/06/2010 18:03


Bravo les filles. Je viens de lire le sujet de votre périple sur Ouest France. Oui je vous dis bravo. C'est si facile de rester dans son petit cocon à la maison. C'est autrement plus difficile de
réaliser un périple comme le vôtre qui vous restera gravé pour la vie. J'arrive juste de St jean Pied Port que j'ai rejoint en 27 jours au départ du Puy en Velay, soit 800km à pied et c'est
tellement enrichissant.Par contre, c'est plus difficile de se réinsérer dans la vie courante après ces déplacements. Alors bon courage pour continuer. J'habite auprès de Redon 35. Si vous passez
par là, je serai heureux de vous héberger . Yves


Fanny et Mathilde. 18/06/2010 10:31



Merci pour votre message, et bravo pour votre marche ! Nous ne passerons malheureusement pas près de Redon, mais nous vous remerçions bien sincèrement pour l'invitation !


Cordialement


Mathilde et Fanny



Diderot 15/06/2010 16:14


Je viens de découvrir votre aventure dans ouest-france et je me suis empressé d'ouvrir ce blog. Félicitations pour ce que vous réalisez; cela nous change de nos programmes tv habituels...


jfg 15/06/2010 12:14


Mauvais temps mais belle plume. Votre voyage arrive à son dénouement, et son enseignement à éclosion : vous échenillez l'inutile. Parenté avec le simple. Je vous embrasse.


camille 15/06/2010 12:02


J'ai également un exemplaire tout frais de Ouest France. C'est une belle ballade en effet..
Si d'aventure vous passez sur le canal de Nantes a Brest, on s'y croisera surement, il faudra pour ça retenir le (ou la) numéro 11.

Bonne fin de périple jeunes filles.


huet Morgan 15/06/2010 11:54


Je m'appelle Morgan, j'ai 22 ans, et ce matin j'ai lu le journal breton Ouest france, et je vois deux filles faire un tour d'Europe à pieds. ça me rappelle alors étrangement le tour d'europe de
deux de mes meilleures amies, mais à vélo, débuté le 9 septembre 2009 départ de Guérande, pays de loire. Malheureusement elles ont dû abandonner au bout de deux mois pour differentes raisons. Leur
voyage paraissait tellement ambitieux... Mais aujourd'hui je vois que vous, vous avez été capables de mener à bien votre projet, encore plus ambitieux. Je suis très admiratif, et ayant connu un
petit peu le milieu scout, c'est une très belle école de la vie.
Bravo a vous deux, vous nous montrez également un sacré courage et une grande volonté. J'aurais bien aimé voir en photo vos chaussettes trouées... et vos ampoules.
Courage pour ces 800 "petits" derniers kilomètres, ça ne vous fait plus peur.
Avez vous l'intention de reprendre des études ensuite?? Tout sera sans doute différent après cette expérience exceptionnelle!
Et personnellement, je vous trouve toutes les deux magnifiques!!
Bonne fin de voyage en chanson et poésie (Je suis étudiant en violon)
Au plaisir d'avoir de vos nouvelles
Morgan


Franck PITTONI 15/06/2010 11:26


je voulais juste vous féliciter pour cette aventure. Je viens de lire un jolie papier sur vous dans l'édition de Ouest France.
Chapeau (Rond) Mesdemoiselles.
Franck un Breton


cathy 14/06/2010 18:34


Je ne pensais pas que ce serait si sportif de passer 24 heures dans le Tour d'Europe...En tout cas c'était un vrai plaisir de vous rencontrer, j'ai désormais mon autocollant pour montrer que je
fais partie de votre fan club ;)
Biz et à bientôt!