Jeudi 27 Novembre 2009

Publié le par Fanny et Mathilde.

59 ... 43 ... 28
Rome approche, les kms se succèdent sur la via Cassia, nous sommes maintenant a quelques pas de la ville éternelle, tout nous rappelle qu'un grand peuple a su atteindre le sommet de son art : a chaque kilomètre une borne vieille de plusieurs millénaires nous indique la distance jusqu'à Rome .
Enfin, nous longeons le Tibre, pour pénétrer jusqu'au coeur du monde : Saint Pierre ! Tout le génie Européen est rassemblé pour fabriquer, façonner ce lieu sacré. Des artistes hors pairs ont taillés dans le marbre dur, la beauté pure, des années durant.
Du haut de la colonnade ou tant de Saints, philosophes de leur temps, nous contemplent, nous conseillent et nous menacent a la fois, nos yeux glissent vers le pied des colonnes pour se porter vers la foule amassé en un tas grouillant . Bien que paiennes, nous souhaitons nous recueillir dans ce lieu chrétien ou souffle l'esprit sacré.
Nous devons nous fondre dans la foule, même si ca parait difficile pour deux jeunes filles portant de gros sacs a dos, et des chaussures de marche sur lesquelles on voit encore quelques traces de boue, des chèches noués autour du cou, des cheveux blondis et un visage halé par le soleil pourtant si faible en cette saison.
Les gens nous regardent, certains ont de la sympathie, d'autre du dégoût sûrement, on nous prend en photos : des japonais qui aiment l'exotisme ... nos short sont trop courts, nous devons enfiler nos caleçons devant la foule qui ri, puis tous va de pis en pis, nous déposons nos sac au garde bagage, nous finissons par trouver la bonne file pour entrer dans l'église, a chaque pas se perd un peu du souffle sacré dans la foule, dans le bruit, les flash photo, les hurlement d'enfants, les éclats de rires, les réflexions pratiques ... nos têtes tournent.
Malgré la splendeur des lieux, tout nous pousse vers la sortie, au grand air ! Le curé n'a même pas une réflexion gentille pour nous quand nous allons faire tamponner notre créanciale, nous qui avons parcouru plus de 1 000 Km a pied  ... c'est un cauchemar pour chrétiens ! Heureusement une autre flamme nous anime !
Après deux jours passés dans un accueil pour pèlerins ou l'on nous reçoit très bien, il est temps pour nous de retrouver des amis !
La Casa Pound de Rome nous ouvre ses portes, nous passons d'agréables moments entre discussions rencontres, et visites de cette superbe ville. On prend soin de nous, on nous fait découvrir ce que les touristes ne voient pas, et il nous est impossible de payer quoi que ce soit, l'hospitalité est sacrée !
Bientôt nous devons gagner Bari dernière étape sur le sol Italien pour s'embarquer pour la Grèse. A Rome on nous recommande dans cette ville. Si bien que nous ne passons pas un moment seules jusqu'à ce que le ferry quitte le quai.
La notre coeur se serre lorsque le bateau s'éloigne : en quittant la cote, nous quittons des amis. D'un coté l'Italie qui s'éloigne et de l'autre l'horizon, vide et incertain, mais tellement palpitant ! La langue que nous commencions a maîtriser en Italie, les gens que nous commencions a connaître, les bons et les mauvais réflexes, tout est a recommencer, tout est a réapprendre ! Qu'a cela ne tienne !

Au petit matin, nous nous réveillons couchées entre deux rangées de sièges, sur une moquette rouge dont l'odeur de poussière nous assèche la gorge. Nous n'avons pas rêvé, la terre est en vue, le soleil ardent pour la saison vient la frapper et nous révèle des cotes bien nues qui viennent plonger depuis les hauteurs dans une mer calme et bleue.
Bientôt Patras, depuis la mer nous n'apercevons pas beaucoup le port ou nous attendra notre ami Dimitri car nous rangeons nos sac, les yeux encore gonflés par la fatigue, tout semble se dérouler au ralenti, comme dans un rêve, mais tres naturellement, est-ce que l'habitude nous gagnerais même dans l'inconnu, la vie de raid ... ce n'est sûrement qu'une illusion de l'habitude, ce qu'on appelle la débrouillardise, ce qui nous fait souvent dire que nous sommes "sereines" !
Avec Dimitri, nous achetons une carte du peloponese, nous n'avons encore aucune idée de notre parcours, ni même de la technique de marche que nous allons employer : trouver des chemins ? Marcher a la boussole ? Ou suivre instinctivement les chemins au hasard, suivant une direction ? Peu importe, pour l'instant, la carte nous servira au moins a savoir ou nous nous trouvons exactement, c'est tout.
Dimitri veut nous faire découvrir le château sur les hauteurs, mais devant la grille close, nous faisons demi tour, quand nous voyons deux silhouettes courbées sous le poids de leur sac, même étonnement : "hé des marcheurs !!" "Que faites-vous?" "Ben... comme vous !" !
Nous n'espérions plus rencontrer de marcheurs, encore moins des Français, ici a Patras ... mais mieux que ça, il font le tour du monde, un an, deux ans, voir trois... ils verront. Jeremy et Maxime viennent d'abandonner leurs vélos, désormais hors d'usage, pour se lancer a pied vers Olympie puis Athenes ! Marrant, nous voulons nous aussi nous rendre a Olympie, nos routes correspondent !
Nous décidons de marcher, au moins quelques temps ensemble, c'est plaisant de voir que certaines personnes pourtant différentes sur le fond adoptent la même forme que nous dans l'action !
Hier nous entrions a Olympie ou excellait l'esprit Grec, lorsque la Grece était encore une référence philosophique, un modèle artistique, dans toute l'Europe.
Aujourd'hui, a cote du stade passent sur une route poussiéreuse des camions de chantier, les gardiens des lieux écrasent leurs cigarettes sur les ruines du temple de Zeus, et la ville d'Olympie reconstruite après un incendie "accidentel" n'est qu'une façade occidentale a montrer aux touristes d'un peuple qui a tant perdu.
Vous l'aurez compris, malgré l'accueil exceptionnel que les amis nous réservent partout, c'est un visage un peu amer que nous découvrons de cette grece pourtant si belle. Ce ressenti n'engage que nous deux, et peut être est-il encore trop tot pour juger de ce pays, porte de l'Europe ...

Demain, nous repartons vers Sparte, en longeant la cote vers le sud, un peu plus proches de Poseidon !

A bientôt !



Publié dans Carnets de voyage

Commenter cet article

vandenbergh Eddy 29/12/2009 14:39


Bonjour les filles je suis entrain de lire votre voyage, super, moi je me prèpar aussi mes je vé faire tu les pays sa sera plus qu'un an avec avec prèque part d'argent, aller à plus je vous suis
sur votre blog Eddy de Bruxelles


Dimitris - Patra 06/12/2009 09:32


bonjour or "ya sas"!
hope you are having a good time in Greece and stay on schedule. I learnt that you are far away from here now. You did use the bus, didn't you?
Haha, just kidding!
May you have Power and Strength to continue your courageous expedition!

Hope to hear from you again someday

Bon voyage!


Philippe.K et ses 3 femmes 05/12/2009 13:57


Nous pensons bien à vous , et suivons votre périple tous les WE.
Bravissimo.........
Amitiés Europaïennes


Cyrill & Amaryllis 04/12/2009 21:56


Coucou les amies !
Un petit coucou du Canada où il commence tout juste à neiger.
Profitez-en bien et surtout ne changez rien parce que vous êtes trop mimi sur les photos !


jfg 04/12/2009 10:30


Faites-vous photocopier les meilleures pages de l'anthologie "Le Voyage en Grèce", paru chez Bouquins (Châteaubriand, Flaubert, Lacarrière, Heidegger). Ce sera moins lourd que le volume complet
(1200 pages...).


Mathilde 03/12/2009 14:16


T'inquiete mon frere, j'ai pense a ton Chateaubriand, j'en ai parle a Fanny, et ca ma donne envie de le lire, tu me l'apporte dans une edition pas trop fragile au nouvel an? bisous!!


1 comm' de plus 01/12/2009 10:16


ROMA CAPUT MUNDI (Rome Capitale du Monde) comme on dit.
J'éspère voir prochainement des photos de cette ville magnifique, symbole de l'histoire Européenne (celle des cultures, non pas celle qu'on nous vend actuellement).

Bon courage à vous 2 pour la suite dans un autre pays mythique, la Grèce.

Amitiés patriotiques.


Thibaud 30/11/2009 20:44


C' est de plus en plus agréable à lire! Si vous pouvez lire un peu de Chateaubriand (l' Itinéraire de Paris à Jérusalem), il a pris la même route que vous il y a 203 ans!
A bientôt...


Romain Lecap 30/11/2009 11:12


A lire dans les Evangiles du lac : "les cathédrales ont tués les lutins et les rails ont vidés les campagne".
Alors, aux côtés de Susy, et à pied, bonne route vers le merveilleux!
Romain


Omios 29/11/2009 19:48


Passant, va dire à Sparte ...
un grand salut à votre courage et votre détermination
amitiés païennes


Ugo 29/11/2009 00:50


Un magnifique article pour une magnifique aventure.

Amitié d'un païen.


raymond ferrand 28/11/2009 13:31


il est 15 h dans quelques instants ,le bal et la projo commence on pense à vous ,notre salut à Sparte!


Bruno 27/11/2009 19:44


Je viens vous souhaiter bon courage. Bien que je constate que vous n'en manquez pas : vous avez drôlement carburé ! Avec vous de tout coeur.
Amitié païenne