Le tour d'Europe dans Ouest France!

Publié le par Fanny et Mathilde.

Alors les filles, c'est comment l'Europe ? Le pied !

mardi 15 juin 2010

On les a rejointes sur la départementale 127, à la sortie de Ploeuc-sur-Lié, dans les Côtes-d'Armor. Mathilde et Fanny ont 15 kg sur le dos et 5 000 km dans les chaussures. Elles sont dans la longue dernière ligne droite d'un tour d'Europe bouclé à la semelle. Dix mois d'odyssée pour deux jeunes femmes parties copines et revenues soeurs.

Il pleut comme vache qui pisse. Les gouttes perlent sur les capuches et la chaussure droite de Fanny Truilhé a presque rendu l'âme. Fanny, c'est la petite, la plus jeune du haut de ses 22 ans. Mathilde Gibelin est son aînée : 24 ans, architecte diplômée. Elles marchent, les deux amies de Nîmes et d'Orange. Voilà neuf mois qu'elles marchent dans le sens contraire des aiguilles d'une montre et à rebrousse poil de nos sociétés motorisées. Et qu'elles dorment dans des campings, la nature, les montagnes, les forêts... Ou chez l'habitant quand elles sont invitées.

Elles arrivent du Conquet (Finistère) à 6 km/h, via Rome, Athènes, Budapest, Vienne, Copenhague, Glasgow. Le 1er juin, elles ont touché l'île d'Ouessant : « On a fait du bateau-stop en Irlande. Des Bretons nous ont pris sur leur voilier. Ils nous ont déposées en baie de Lampaul. » Quand elles ont débarqué, le clocher carillonnait. Elles ont embrassé l'herbe. Et ont poussé la porte de la première boulangerie. Pour satisfaire une envie de neuf mois : « On voulait manger un croissant ». Au port du Stiff, Fanny et Mathilde se sont offert une autre gâterie : des crêpes de blé noir au goût d'ici. Quand on voyage loin, on apprend surtout d'où l'on vient.

Elles sont parties le 26 septembre 2009, les demoiselles. Du haut des 1 910 m du Ventoux, le géant de leur chère Provence, avec une idée un peu foldingue en tête : faire un tour d'Europe à pied. Pourquoi ça ? « Parce que l'Europe ce n'est ni un marché, ni même l'argent que nous avons dans nos porte-monnaie. C'est une idée, une civilisation. Fanny venait de décrocher sa licence d'histoire, moi mon diplôme d'archi. On avait l'âge de faire ça et le temps de le faire », sourit Mathilde. Fanny a une citation en tête : « Il me faut vivre comme je pense sinon, tôt ou tard, je finirais par penser comme j'aurai vécu ».

Sur leurs épaules, 15 kg d'indispensable : une cuillère, une brosse à dents, deux soutiens-gorge, une tente igloo, des bouquins, des gants, une gamelle, un réchaud, des carnets pour tenir leur journal. Et une petite bombe lacrymogène pour éloigner les chiens méchants et les mecs barbants : « Elle est restée au fond du sac ». Fanny et Mathilde nous ramènent une nouvelle rassurante du bout du continent : deux filles peuvent traverser l'Europe sans se faire enquiquiner.

« On ne prend pas un gramme »

Qu'ont-elles appris en route ? Que le scoutisme auquel elles adhèrent depuis l'enfance et où elles se sont connues est une fameuse école de marche et de débrouille. Qu'à raison de 30 km par jour, on mange beaucoup, on dort énormément et « on ne prend pas un gramme ». Que marcher dans la plaine danoise est plus fatigant que de monter les Alpes autrichiennes : « L'ennui épuise davantage que les pentes ». Que chanter à tue-tête, réciter de la poésie à voix haute en mettant un pied devant l'autre donne du souffle. Que passer sept jours sans prendre une douche est une épreuve. Et démêler des cheveux longs une douleur. Que face à l'eau qui tombe du ciel, rien ne vaut une bonne paire de guêtres pour garder les pieds au sec. Que les hivers sont longs à mourir en Allemagne.

Et que les gens ne se rendent pas compte : « Quand ils apprenaient qu'on avait fait 30 km dans la journée, ils trouvaient ça normal. 30 km en auto, c'est 20 mn ».

Dans 40 jours et 800 km, elles arriveront dans l'Aubrac, ligne d'arrivée de leur odyssée. Elles déchausseront. Pour l'heure, au moment de traverser l'Ouest, elles font des yeux comme des billes si on leur dit qu'elles parachèvent un fameux exploit physique : « C'est comme sauter en parachute, il faut se lancer ». Même pas un peu fières, les deux copines ? « Non. Contentes. Nous avons découvert l'Europe. Et un peu de nous-mêmes par la même occasion ».

Sur la route, elles se sont engueulées parfois, mais jamais longtemps. Elles se sont dit tout ce que deux copines savent se dire, ont usé tout leur répertoire de chansons. Et elles se sont tues autant qu'il le fallait sans que ce soit gênant : « Deux meilleures amies sont parties ensemble. Nous revenons comme si on était deux soeurs ».

À l'automne, elles seront colocataires du même appartement à Paris. Elles sont devenues indispensables l'une à l'autre. Sur les 800 km de la diagonale de fou qu'il leur reste à avaler, Fanny et Mathilde vont ruminer une phrase empruntée à un livre de Paul Morand qui leur va comme un gant et bien au teint : « Partir c'est gagner son procès contre l'habitude ». Deux jeunes femmes peu habituelles s'éloignent sur une route mouillée des Côtes-d'Armor.

 

François SIMON.
Note des Aventurières : Fanny, c'est la plus grande, 24 ans et architecte, Mathilde la plus jeune (et petite!) 22 ans et historienne.

Commenter cet article

Windows 10 download 28/11/2014 07:58

We can have so much fun if we visit European countries. The first thing is about the climate and the beautiful tourists spot. If we can spend more money cruise ships are available which will cover all the European countries.

Identitaire Picard 13/10/2010 15:20


dechampscamille@gmail.com


Identitaire Picard 13/10/2010 15:10


Chères amies,

Nous nous sommes croisées au PA lors des "danses traditionnelles", j'aimerai vous recontacter au plus vite au sujet d'une conversation que nous avions eu.
Envoyez moi un mail avec le numéro de téléphone de l'une de vous deux..
Merci d'avance!


julien 09/07/2010 19:20


Bravo les filles...pas très original comme commentaire je sais, mais bon,
je me suis pris au jeu, et j'ai suivi une bonne partie de votre périple via votre blog..
Voila, c'est dit!!
Mention spéciale aux (photographes), il y a de très belles images, vraiment.
Et c'est un photographe qui vous le dit, alors..
je termine avec une bise a chacune ++


Maison de l'europe de Nimes 03/07/2010 15:45


Pour votre retour nous pensions vous accueillir tous ensemble , mais à la date du 25 juillet , personne à l'horizon, tous partis eux aussi pour un tour en FRANCE.
Nous organiserons donc dès la rentrée une manifestation en votre honneur.
Nous vous souhaitons un bon retour et vraiment désolée de ne pas partager ce moment.
Amicalement
Thérèse et les membres de la Maison de l'Europe


charlot le pote a joly jumper 24/06/2010 19:52




Gautier Laurent 22/06/2010 17:10


Quelles belles photos et content au nom des Hambourgeois de savoir que tout va bien... Apres les crepes du TI Breizh à Hambourg celles de Bretagne!! Vos commentaires nous vont deviner vos journées
et apprécier la beauté des contrées....
La France vous félicitera tout au long du parcours restant j en suis sûr!!

Laurent. Bises de Hambourg.


Michel 21/06/2010 16:28


Bonjour les filles,
C'est par la presse (Ouest France) que j'ai appris votre ... existence. Bravo, et encore bravo pour cette aventure, pour le courage de le vouloir, de la continuer malgré les difficultés, de la
terminer en nous faisant rêver. Vous devez maintenant être sur un nuage de bonheur, fières de la performance physique mais surtout heureuse de vivre avec intensité.
Merci de nous donner ce bol d'air, de nous dire combien c'est possible, que l'on peut rencontrer tant de gens sympa seulement parce que l'on marche.
Merci de dire partout que l'ambition de la jeunesse n'est pas que dans les rêves de consoles de jeux, que vous avez des tripes malgré les détracteurs qui nous disent que les jeunes n'ont pas
d'avenir...Randonneur moi-même, je mesure combien je n'ai pas osé; combien j'aurais dû, mais aussi ce qu'il me reste à faire avec mes 57 ans.
Mais aurais-je le courage de tourner le dos à mon quotidien. C'est si difficile et c'est qui vous rend plus grandes.
Je vous embrasse et bonne route pour finir ce périple et dans votre vie.


pierre hélie 20/06/2010 22:20


merci de m' avoir réconcilié avec votre génération que je croyais atteinte de la maladie de l'immédiateté, de la vitesse, du "tout tout de suite", du clinquant bling bling, de la dépendance. vos
"semelles de vent" vont vous propulser dans la vie avec des "souvenirs a ne plus que savoir en faire" .quand la vie sera trop fade vous irez y puiser de quoi y mettre un peu de sel. mais j'espère
que votre sac a dos ne prendra pas trop longtemps la poussière. si vous passez près du gr paris _mont st michel 0233304114


maryvonne malherbe 20/06/2010 13:06


Chapeau les filles!!!!

J'ai découpé l'article sur OUEST-FRANCE ces jours-ci,car vous me faites déjà voyager à travers votre récit et les photos sur internet.Vous avez sûrement la pêche et vous nous l'a donné;donc
merci.En cette période morose cela fait du bien.Que l'on accorde beucoup plus de confiance et de place à la jeunesse.
Merci les filles. Maryv.


R Q.de.M 18/06/2010 18:12


Lorsque j'ai lue le titre de l'article du Ouest-France, j'ai tout de suite pensé scoute. Heureuse surprise que de m'apercevoir que j'avais tout juste !
Vous êtes SGDF, AGSE, SUF? Toujours porteuses de foulard?

Magnifique expérience de la Route!

Salutations scoutes


Colombe 17/06/2010 21:01


Bravo bravo Fanny et Mathilde pour votre exploit!
Vive le scoutisme, on espere vous voir passer en Vendée bientot, dans le bocage, on hebegera volontier! J'ai moi même commencé le pélé de St Jaques il y a 5 ans, avec mon papa et mon frère, nous
avons traversé l'Aubrac, et nous sommes rendu a la frontiere Espagnol pour notre prochain depart.
'Allongeons la jambe la jambe car la route est loooongue'
'La route est longue, dans la montagne, et nous marchons plein de courage plein de courage'
'Que le soleil nous accompagne ou que l'orage vienne a gronder c'est en marchant dans nos campagnes que je recherche l'amitié...'
Des chansons, que vous avez surement deja chanté moult fois, je pense!!!


Germain 17/06/2010 14:38


J'ai découvert votre périple par l'article de Ouest France. Beau voyage.
Mais je suis très désagréablement surpris de votre conférence à la "maison de l'identité bretonne". Cette maison est surtout connue en Bretagne pour être un avant poste de l'extrême droite
identitaire... Dommage qu'une aussi belle initiative soit marquée d'une idéologie aussi réactionnaire.


Fanny et Mathilde. 18/06/2010 10:41



Merci pour votre message.


Nous avons accepté de faire cette conférence à la maison de l'identité Bretonne qui nous a invité, car nous souhaitons partager notre expérience du voyage sauvage avec tout le monde, sans
discrimination politique quelconque. Nous accepterions volontiers tout autre invitation.


Cordialement


Mathilde et Fanny



Huet 17/06/2010 13:21


J'ai appris vos exploits en lisant le journal Ouest-France et en suivant l'émission sur Europe 1... le même jour !
J'ai le souvenir de deux jeunes filles parties comme vous en septembre 2009, pour un tour d'Europe en vélos et qui, malheureusement, n'ont pas pu le poursuivre au delà de deux mois, ce que je
trouvais déjà très bien !
Depuis que j'ai connu votre existence il y a quelques jours, je lis et relis tout sur vous depuis le début de votre long voyage, très intéressée et très admirative de votre exploit. J'espère que
vous donnerez le goût de l'aventure et des voyages
aux jeunes qui auront eu le plaisir de croiser votre chemin ou de vous lire.
Je suis une mamie de 60 ans.
Un grand bravo à vous deux et bon courage pour vos dernières semaines !!!


un quidam 17/06/2010 10:02


Bravo les filles ! Tout l'Anjou vous embrasse ! Votre fin de parcours va être jonché de roses...


Dimitri 16/06/2010 18:44


Bonjour,
J'ai eu vent de votre magnifique initiative sur Europe 1 hier et je voulais vous encourager pour cette aventure même s'il arrive à terme.
Bon courage pour la fin et merci de nous faire profiter de ce voyage fabuleux.


jb 16/06/2010 16:50


bravo à vous, très beau parcours que j'ai eu le plaisir de suivre depuis le début.


aurelie 16/06/2010 11:12


un bel article, pour moi il traduit la force de votre voyage, vos valeurs et votre "empreinte", merci de nous le faire partager...
Je sais que ce ne sera pas le dernier ...