Le tour d'Europe dans les médias

Liste plus ou moins exhaustive de notre Aventure dans les médias : 

 

 

17 septembre 2009, Article Midi Libre :

 

Article-Midi-Libre--17-9-2009.jpg

 

20 septembre 2009, Article La Provence :

article-la-provence.jpg

 

Elles partent à la rencontre des peuples et des légendes

57685845526b7774736f77414463434a?_RM_EMP

Elles partent ce lundi 21 septembre à 12 heures du sommet du Mont Ventoux. Direction l'Italie, le bateau vers la Grèce... L'objectif de l'Orangeoise Fanny Truilhé, 23 ans, et de la Nîmoise Mathide Gibelin, 21 ans: faire le tour de l'Europe en marchant... Elles se sont données un an pour accomplir ce périple à la rencontre des peuples. "Nous souhaitons découvrir la réalité européenne", disent les deux jeunes filles. "Pour nous, cette entité n'est pas seulement financière. Nous souhaitons parler d'une Europe plus sociale, moins basée sur l'économie et plus sur les gens qui la composent, parler de ce qui nous unit, bref d'une Europe des peuples".

Fanny, étudiante en architecture, Mathilde, qui vient de terminer sa licence d'histoire, ont décidé de prendre une année sabbatique. Elles se connaissent depuis l'âge de 9 ans, lors de leur engagement dans les Scouts Raider, axés sur la randonnée. Habituées à porter un sac à dos, elles ont testé avec succès leur matériel lors d'une randonnée dans le Pays Basque en juillet dernier pendant une semaine. Elles partent donc rassurées et savent qu'une fois leur marche faite (20 kilomètres par jour environ) elles dormiront sous la tente sans souci; elles dormiront aussi chez l'habitant si c'est possible.

Seules les traversées de la Bulgarie, la Hongrie et la Roumanie se feront en train. "On nous l'a conseillé car ce sont des pays qui peuvent se révéler dangereux pour deux filles seules. " "Ce voyage c'est aussi l'idée du rêve, pour faire comprendre aux enfants que l'on peut prendre en main le cours de sa vie" ajoute Mathilde. But: débarquer en juillet 2010 au camp scout "pour que les enfants nous voient arriver". Heureuses... et pas trop fatiguées!

 

Par Catherine Inacio ( cinacio@laprovence-presse.fr )

 

 10 octobre 2009, Article La Cronaca (Italie) :

article cronaca

 

L’Europa ai piedi di Fanny e Mathilde


Le due francesi a Cremona, una delle prime tappe del loro tour a piedi che terminerà il 21 luglio 2010: 6.000 km in giro per il continente.

photo-cronaca.jpg

 

Seimila chilometri da affrontare a piedi in dieci mesi. Zaino in spalla, animate dalla voglia di viaggiare, conoscere, riscoprire la natura e di far capire che l’unità dell’Erupa non si basa solo sulla moneta unica e l’apertura delle frontiere,  ma è una questione che riguarda tutti. C’è un filo rosso che collega le diverse culture e le differenti tradizioni. Questa la sfida lanciata da Fanny Truilhé, 23 anni di Orange, e Mathilde Gibelin, 21 anni di Nimes. Amiche dai tempi dell’infanzia e legate dall’esperienza negli Scout. “E’ lì che abbiamo iniziato a praticare lunghe camminate e a riapprorpiarci dei  tempi della natura. Ed è proprio prendendo spunto dall’esperienza dello scoutismo che abbiamo avuto l’idea di intraprendere questo viaggio”. Sono giunte nella nostra città nel pomeriggio di ieri e ci rimarrano per qualche giorno, ospiti di Ugo Di Felice, insegnate di educazione fisica e appassionato di pellegrinaggi. Cremona, nel loro itinerario, rappresenta quasi una tappa obbligata. “Volevamo vedere la città di Stradivari e il Torrazzo, la torre campanaria
medievale più alta d’Europa. Ci fermeremo qualche giorno. Domani saremo al Liceo Manin per incontrare una
classe e spiegare ai ragazzi cremonesi il nostro progetto. Lo abbiamo già fatto in una scuola francese e gli studenti
sono rimasti entusiasti. Speriamo che sia lo stesso anche qui”. L’incontro con Fanny e Mathide permetterà ai ragazzi cremonesi di scoprire un importante progetto promosso dalla Comunità Europea. Il viaggio delle due coraggiose ragazze francesi è sostenuto dal punto di vista economico da diverse organizzazioni, tra cui il Progetto europeo “Jeunesse en Action”, del quale esiste anche la ‘versione’ italiana “Gioventù in azione 2007-2013” programma comunitario europeo che promuove progetti europei di mobilità giovanile internazionale, di gruppo e individuale, attraverso gli scambi e le attività di volontariato all’estero, l’apprendimento interculturale e le iniziative dei giovani di età
compresa tra i 13 e i 30 anni (http://www.gioventuinazione.it/).

il-percorso-cronaca.jpg

 

Per questi dieci mesi Fanny e Mathide hanno a disposizione un budget di 12mila euro, sufficiente a coprire tutte le spese che le ragazze dovranno affrontare lungo il  percorso. “Non abbiamo bisogno di supporto economico, quanto è stato messo a nostra disposizione dovrebbe bastare. Ci serve soprattutto un supporto morale. E’ bello essere accolte quando si chiede ospitalità, è davvero formativo incontrare persone nuove, scambiare qualche parola con loro. Per ora sono stati tutti molto gentili e si sono dimostrati tutti incuriositi dalla nostra aventura”. Le due ragazze alloggiano nei luoghi dove sostano i pellegrini, presso chi offre loro ospitalità o nella loro tenda. Per mangiare sono dotate di un fornelletto da campo e negli zaini hanno tutto
il necessario per affrontare i cambiamenti climatici del mutare delle stagioni. Per quanto riguarda l’uso di strumenti
tecnologici si sono concesse solo pochissime deroghe. “Abbiamo un telefonino per le emergenze e utilizziamo il computer per aggiornare il nostro blog e vedere se qualcuno ci ha contattate per offrirci ospitalità”. Attraverso internet è possibile seguire questo sorprendente viaggio che, stando alle previsioni dovrebbe terminare il 21 luglio 2010 in Francia. Per contattarle per dare una mano per la logistica o ospitarle durante il loro cammino è possibile scrivere all’indirizzo tourdeurope@hotmail.fr. E’ inoltre possibile leggere il loro diario di viaggio nel blog: http://tourdeurope.over-blog.com. “Grazie al blog possiamo condividere il nostro sogno che si sta realizzando”. 

Bonne chance, Fanny e Mathide!
Eleonora Olivi
e.olivi@cronaca.it

 

 Décembre 2009, Article Must Magazine (Grèce) :


article must

 

voir page 50 http://tourdeurope.over-blog.com/ext/http://issuu.com/mustmagazine.gr/docs/must29-30 

 

Από τη Γαλλία...

σε όλο τον κόσμο Μια ιστορία με πολλά, πολλά χιλιόμετρα άρχισαν 2 φίλες από τη Γαλλία. Ξεκινώντας από το Mont Ventoux σκοπεύουν να γυρίσουν όλη την Ευρώπη και να καταγράψουν όσες πιο πολλές παραδόσεις μπορούν. Πριν μερικές μέρες βρέθηκαν –και -στην Καλαμάτα και μίλησαν στο MUST. Σας τις παραδίδουμε:

 

-Πείτε μου για εσάς, πώς σας λένε, πόσο χρόνων είστε, με τι ασχολείστε;
Με λένε Fanny Truilhe, είμαι 24 ετών και σπουδάζω αρχιτέκτονας (Orange). Με λένε Mathilde Gibelin, είμαι 21 ετών και σπουδάζω ιστορικός (Nimes).

-Πώς και αποφασίσατε να κάνετε όλο αυτό το εγχείρημα;
Αποφασίσαμε να κάνουμε σε ένα χρόνο το γύρο του κόσμου περπατώντας. Ξεκινήσαμε στις 21 Σεπτεμβρίου από την τοποθεσία Mont Ventoux. Πάνω από όλα, μας αρέσει να περπατάμε, γιατί ερχόμαστε σε επαφή με διαφορετικούς ανθρώπους.

-Τι σας λένε μέχρι σήμερα;
Πολλοί μας ρωτάνε «Με τα πόδια; Για ένα χρόνο; Μόνες σας;». Ορισμένοι είπαν ότι είμαστε μέλη κάποιας περίεργης οργάνωσης, άλλοι φοιτητικής ομάδας, άλλοι προσκυνητές.

-Θεωρείτε ότι σας ταιριάζει κάτι από τα παραπάνω;
Θεωρούμε ότι ο τελευταίος χαρακτηρισμός μάς ταιριάζει περισσότερο, αφού σκοπός των προσκυνητών είναι να συγκεντρώνονται σε ένα και μοναδικό στόχο. Η περιπέτεια που ζούμε είναι προσωπική, την ονειρευτήκαμε, τη σχεδιάσαμε, την πραγματοποιούμε.

-Πώς είναι η μέρα σας; Πώς είναι οι συνθήκες;
Ζούμε με τον ήλιο, κοιμόμαστε με τη δύση του, αρχίζουμε το περπάτημα την αυγή, ακολουθούμε το ρυθμό των εποχών, νιώθουμε το κρύο στο πετσί μας, τη βροχή στο μέτωπο και τον ήλιο όταν μας στραβώνει στα μάτια. Είμαστε σε απόλυτη αρμόνια με τη φύση.

-Πώς σας φαίνεται ο σύγχρονος τρόπος ζωής;
Ο σύγχρονος τρόπος ζωής μάς αρρωσταίνει, επειδή όλα γίνονται τόσο γρήγορα, οι διαφημίσεις είναι τόσο παραπλανητικές. Προσπαθούμε να πιστεύουμε σε ό,τι είναι φυσικό και λατρεύουμε ό,τι θυμίζει την ελληνική οντότητα, σε συνδυασμό με τις αξίες που μας διαπρέπουν, να είμαστε σε αρμονία με το Wandervögel’s!

-Τι είναι αυτό; Αποτελεί μοντέλο για εσάς αυτό;
Δεν αποτελεί για εμάς μοντέλο, αλλά θεωρούμε πως υπάρχουν ορισμένες ομοιότητες με το γερμανικό νεανικό κίνημα του 1914 κατά της αστικής τάξης. Το Wandervögel χαρακτηρίζεται από το πνεύμα του Völkisch (σύνθετη έννοια που εμπεριέχει έννοιες όπως ο πατριωτισμός, η παράδοση, ο δημοτικισμός και αγροτικός, η ελευθερία και η επανάσταση κατά του αστισμού). Πρόσφατα νεαροί Γερμανοί ανακάλυψαν την οικολογική αντίληψη, την επιθυμία για απλούστερη ζωή κοντά στη φύση, απορρίπτοντας τις τεχνητές αξίες του σύγχρονου τρόπου ζωής.

-Ποιος ο στόχος όλου αυτού του οδοιπορικού;
Ο στόχος της περιπέτειας αυτής είναι πολιτιστικός. Θέλουμε να ανακαλύψουμε πως οι Ευρωπαίοι έχουν πολλές ομοιότητες, αλλά και διαφορές μεταξύ τους και, μάλιστα, αυτή η έρευνα βασίζεται στους μύθους μέσω τον οποίων μεταδίδεται η παράδοση.

-Η Ευρώπη για εσάς έχει όρια;
Για εμάς η Ευρώπη δεν περιορίζεται στις Βρυξέλλες και στο ευρώ, αλλά κυρίως στις κοινές παραδόσεις, στην κοινή καταγωγή και την έννοια «θέαση του κόσμου μέσω των διαφορετικών τρόπων ζωής».

-Όταν τελειώσετε αυτό το εγχείρημα, σκοπεύετε να κάνετε κάτι;
Ένα βιβλίο ας πούμε; Όταν ολοκληρώσουμε αυτή την περιπέτεια, σκοπεύουμε να γράψουμε ένα βιβλίο με τους μύθους της Ευρώπης, καθώς και ένα δεύτερο με τις δοκιμασίες που περάσαμε, κάτι σαν ημερολόγιο.

-Μέχρι τώρα ποιες χώρες έχετε διασχίσει;
Περπατήσαμε στη Γαλλία (Gap, Briancon), στην Ιταλία (Torino, Βologna, Parma, Lucca, Sienna, Rome και Bari) και στην Ελλάδα (Πάτρα, Ολυμπία, Πύργο και τώρα είμαστε Καλαμάτα).

-Το πρόγραμμα μετά από εδώ τι προβλέπει;
Θα περάσουμε το βράδυ της Πρωτοχρονιάς στις Θερμοπύλες, τοποθεσία συμβολική, όπου οι αρχαίοι Έλληνες πολέμησαν για την υπεράσπιση των αξιών και της ταυτότητάς τους. Στη συνέχεια, θα πάμε στη Βουλγαρία, τη Ρουμανία, την Ουγγαρία, τη Σλοβακία, την Αυστρία, την Τσεχία, τη Γερμανία, τη Δανία, τη Σκωτία, την Ιρλανδία και τη νότια Γαλλία.

-Πολλά δεν είναι; Τι απόσταση είναι όλα αυτά;
Θα διανύσουμε 60.000 χλμ. περπατώντας και άλλα 2.000 χλμ. με τρένο (για λόγους ασφαλείας σε Βουλγαρία, Ρουμανία και Ουγγαρία).

-Μέχρι σήμερα έχετε συναντήσει κάποιο εμπόδιο;Είχατε κάποιο ευτράπελο;
Μέχρι τώρα δεν έχουμε συναντήσει εμπόδια, όμως, οι άνθρωποι έχουν ξεχάσει τις παραδόσεις και τους θρύλους και, κατά συνέπεια, είναι δύσκολο για εμάς να τους ανακτήσουμε. Κάθε μέρα γνωρίζουμε διαφορετικούς ανθρώπους, κάποιοι μας συστήνουν σε γνωστούς τους και με αυτό τον τρόπο δεν είμαστε απλοί τουρίστες, αλλά ζούμε όπως οι γηγενείς.

-Πώς σας αντιμετωπίζει ο κόσμος;
Οι περισσότεροι άνθρωποι είναι ευγενικοί και φιλόξενοι μαζί μας. Οι Έλληνες είναι γνωστοί για τη φιλοξενία τους.

-Πώς σας φαίνεται η πόλη μας;
Μας αρέσει ιδιαιτέρως η Καλαμάτα, αυτό που μας κάνει εντύπωση είναι ότι οι άνθρωποι πίνουν με τις ώρες καφέ.

-Οι γονείς σας τι σας είπαν για όλο αυτό το ταξίδι; Ήταν αρνητικοί;
Οι γονείς μας, μας μύησαν από πολύ μικρές στα αθλήματα, στην περιπέτεια και στο να σκεφτόμαστε ανοιχτόμυαλα. Οφείλουμε να πούμε, πάντως, ότι ανησυχούν, αλλά μαθαίνουν νέα μας καθώς και βλέπουν εικόνες από το blog μας: http://tourdeurope.over-blog.com/). Έχουμε την απόλυτη υποστήριξή τους, αλλά δε μας στηρίζουν οικονομικά.

-Οικονομικά πού στηρίζεστε;
Βρήκαμε μόνες μας χρήματα, κυρίως μέσω της ευρωπαϊκής επιτροπής και του προγράμματος "Youth in action".


21 janvier 2010, Article Metropotravel (Roumanie) :

Backpacking un an prin Europa: Fanny si Mathilde, Tour d'Europe

Prieteni de-au metropotamului calator i-au semnalat faptul ca au gazduit zilele trecute doua fete din Franta, care fac un tur al Europei pe jos. Am primit si-un link la blogul lor de calatorie si cum ne-a placut foarte mult ce am gasit acolo, ne-am gandit sa va aratam si voua cum se poate cunoaste lumea si cum se antreneaza mintea si corpul.

ff

Fanny Truilhe si Mathilde Gibelin au plecat la drum in septembrie 2009, cu intentia de a strabate intr-un an Europa. Au pornit din Franta, au trecut prin Italia (Turin, Bologne, Parme, Lucca, Sienne, Rome, Bari), apoi Grecia (Patras, Olympia, Kalamata, Sparta, Nafplio, Corint, Atena) si acum au ajuns in zona Europei de Est, unde trec prin Bulgaria, Romania, Ungaria, indreptandu-se inapoi in vest prin Slovacia, Austria, Cehia, Germania, Denmarca, Scotia, Irlanda si inapoi acasa, in Franta, la vara.

Pe jos. Ati citit bine. Doua fete de 21 si 24 de ani, singurele pe jos prin Europa... sau, admit chiar ele, doar 6000 km pe jos si vreo 2000 cu trenul in zona Bulgariei, Romaniei si Ungariei, cu albastru pe harta de sus ("din motive de siguranta"). Le intelegem. Dar tot le admiram pentru conditia fizica, pentru ca au timp, pentru ca au vrut sa faca aventura asta si nu s-au resemnat - ca tot omul obisnuit - sa viseze, ci s-au organizat si chiar au facut-o.

ffff

Blogul lor de calatorie este http://tourdeurope.over-blog.com/ (in franceza) si puteti vedea acolo impresii de calatorie si fotografii de pe unde au trecut pana acum.

Bineinteles ca toata lumea isi va pune intrebarea "cat costa o aventura ca asta?", iar raspunsul il gasim tot acolo. Au estimat un buget de aproape 12.000 de euro (pentru echipament, alimente si cheltuieli zilnice), dintre care ele au venit cu 2000 de euro, iar restul i-au obtinut de la sponsori, de la programul UE Youth in Action (2007-2013) si prin donatii.

Un alt lucru care ni s-a parut extrem de util a fost lista de calatorie. Avand in vedere ca se deplaseaza pe jos, au calculat la gram fiecare lucru care urma sa intre in rucsac si au eliminat orice flecustet inutil. Cu tot cu cort, sac de dormit, haine de schimb de vara, de iarna, de ploaie, frontale si obiecte de igiena personala au ajuns la 12 kg. Plus apa, 2 litri.

ff

Fanny si Mathilde pleaca din Bucuresti chiar azi, indreptandu-se cu trenul spre Sibiu, Cluj, Maramures, Oradea si Timisoara, trecand apoi in Ungaria, urmand ca din Bratislava sa reinceapa calatoria pe jos. Treceti pe la blogul lor, lasati-le si voi un cuvant de incurajare. Din partea noastra toata admiratia si... drum intins!

 


5 mars 2010, Article Lausitzer Rundschau (Allemagne) :

  Mathilde und Fanny für ein Jahr auf Europatour

Spremberg Mathilde Gibelin und Fanny Truilhé haben am 21. September ihre Wanderschuhe angezogen, um Europa und sich selbst kennenzulernen. In Wien brauchte die 21-jährige Mathilde neue Schuhe, in Prag musste die 24-jährige Fanny Geld für ein neues Paar ausgeben. Am Mittwoch überquerten sie die sächsisch-brandenburgische Grenze. Regina Stein in der Spremberger Touristinformation organisierte den beiden Südfranzösinnen eine Dusche.

05.03.2010

 

 
1581725_m3t1w300h200q75v29396_._Photos_A
 
Lupe.png
Fanny Truilhé (l.) und Mathilde Gibelin aus Süd-Frankreich wandern durch Europa. In Spremberg legten sie am Mittwoch einen kleinen Zwischenstopp ein. Foto: Annett Igel

„Etwa 30 Kilometer schaffen wir am Tag, das hatten wir uns als Ziel gesetzt. Wir leben mit der Sonne. Bevor sie untergeht, bauen wir unser Zelt auf. Wenn sie wieder aufgeht, krabbeln wir aus unseren Schlafsäcken und wandern weiter“, sagt Mathilde Gibelin. Sie beherrscht die deutsche Sprache so gut, dass sie problemlos plaudern kann. Über das Leben in der Natur, die Landschaften, die Menschen. Am 21. September waren sie zu Hause am Berg Mont Ventoux in der Provence gestartet. 6000 Kilometer zu Fuß und 2000 Kilometer mit der Bahn – das hatten sie sich als Strecke herausgesucht. Sie kamen gut durch Frankreich, lernten in Italien Italienisch und genossen Griechenland sehr. Vorwiegend mit der Bahn haben sie Bulgarien, Rumänien und Ungarn durchreist. Und sie seien froh, jetzt den Unterschied zwischen der Slowakischen und Tschechischen Republik zu kennen – „den haben wir so in der Schule nicht erklärt bekommen“. In Österreich, wo der Schnee bis zu einem Meter hoch lag, klopften sie für die Übernachtung auch mal an Türen. „Wir haben zwar eine kleine Schneeschippe dabei. Aber unsere Sachen waren so nass. Und jeden Abend erst einmal den Schnee wegschaufeln – dafür hatten wir dann keine Kraft mehr. Die Leute waren immer sehr nett“, erzählt Mathilde. Über Tschechien kamen sie nach Dresden. Über Dänemark, Schottland und Irland wollen sie schließlich im Spätsommer wieder Frankreich erreichen.
Die beiden jungen Französinnen sind seit zehn Jahren befreundet. „Wir haben uns im Jugendbund kennengelernt. Als wir unseren Eltern und Freunden erklärten, dass wir durch Europa wandern wollen, haben sie das als Eintags-Idee abgetan. Aber wir wollten es wirklich – jetzt, bevor wir eine Familie gründen und in den Berufsalltag einsteigen. Um die Wanderung finanzieren zu können, haben wir hart gearbeitet und uns um eine Förderung bemüht“, erklärt Mathilde. Das Geld komme nun aus dem Europäischen Programm „Jugend in Aktion“. Und nach ihrer Rückkehr, so die Geschichtsstudentin, wollen sie ein Buch darüber schreiben, dass Europa nicht nur Wirtschaft, Brüssel und der Euro ist. „Sondern es gibt neben vielen Unterschieden gemeinsame Traditionen, einen gemeinsamen Ursprung und gemeinsame Visionen. Um das zu zeigen, suchen wir auch Märchen und Legenden. Und wir wollen über das sportliche Abenteuer der Wanderung schreiben“, zählt Mathilde auf. Fanny Truilhé, die junge Architektin, schiebt den 19 Kilogramm schweren Rucksack auf den Rücken. In Südosteuropa haben sie schon die Wölfe heulen gehört. Dass es auch in der Spremberger Region Wölfe gibt, überrascht sie. Ein Bär hat sie im Zelt nie erschreckt, „aber die Hinweisschilder haben wir gesehen“, sagt Mathilde. Während sie im Café Cappuccino tranken, suchte Regina Stein, die Leiterin der Spremberger Touristinformation, Material für die Mädchen zusammen, darunter auch sorbische Sagen. Und eine kostenfreie Duschmöglichkeit hat sie organisiert. „Im Hotel Stadt Spremberg“, sagt Regina Stein, „und das Team dort will die Wanderinnen noch mit einem Essen versorgen.“
Von Annett Igel


13 avril 2010, Article Novopress :


Image-43-300x236.png


Parties du Mont-Ventoux en septembre dernier, deux jeunes Provençales, Mathilde (20 ans) et Fanny (23 ans), ont profité du répit donné par la fin de leurs études pour se lancer dans une aventure exceptionnelle : réaliser, en dix mois, un tour d’Europe à pied de 6 000 km. En faisant fi du risque zéro et des loisirs de gogos, pour (se) prouver que « c’est possible ».

Leur condition : l’autonomie totale – tout tient dans le sac à dos (18 kg, faut ce qu’il faut) et pour dormir, c’est dehors je vous prie, par tous les temps. Leur programme : marcher, visiter les hauts lieux de l’Europe et aller à la rencontre des habitants. Leur objectif : « On nous parle souvent de l’Europe, mais qu’est-elle réellement ?, expliquent-elles sur leur blog. Pour nous, l’Europe n’est pas seulement cette union économique et monétaire, ce n’est pas seulement le Parlement européen à Strasbourg, les lois de Bruxelles et l’euro dans notre porte-monnaie. C’est aussi la civilisation de Périclès, de Don Quichotte, de Molière, d’Andersen, de Selma Lagerlöf, de Goethe, des Chevaliers Teutoniques et tant d’autres… Ce sont ces peuples européens à la base commune et pourtant si différents. C’est pour mieux comprendre cette unité civilisationnelle et ces différences charnelles que nous partons. »

Image-38-300x225.png

Mathilde et Fanny sont aujourd’hui dans les Highlands (Ecosse), après avoir parcouru près des deux tiers d’un itinéraire qui les a déjà conduites en Italie, en Grèce (elles ont fêté le nouvel an aux Thermopyles – ci-contre – où se sacrifia l’élite spartiate face aux Perses), en Bulgarie, en Roumanie, en Hongrie, puis, en plein cœur de l’hiver dans la grande plaine de l’Europe centrale, avec des journées entières à marcher dans la neige et des nuits à bivouaquer en creusant leur abri, en Autriche, en Tchéquie, en Allemagne et au Danemark.

Visiblement, le moral est au beau fixe et l’enthousiasme est toujours là. De la ville danoise de Billund, elles ont récemment posté l’un des billets de leur « carnet de route » qui permet de suivre leur aventure à distance. Explicite : « Images grises d’une ville fantôme où les gens arrivent par le premier avion du samedi, en famille, pour aller faire un tour à Legoland et repartent peu après, le dimanche soir, après avoir passé leur week-end en purs consommateurs. Quelles tristes images nous vous dépeignons- là… mais tout ne peut pas toujours être rose et le rose n’est pas notre couleur préférée. Heureusement […] sur notre route, nous avons croisé des pierres des temps anciens, des pierres runiques, des menhirs dressés à la gloire d’un roi ou à la mémoire d’une bataille. […] Pour reprendre l’expression d’un ami, nous parlons aux arbres et chevauchons le vent. »

Image-19-300x224.png

Après l’Irlande, leur prochaine destination, elles prévoient leur retour en France pour début juin et la fin de leur périple à l’été 2010 dans le Massif central.

Mathilde et Fanny se seront donc coltiné l’Europe à 20 ans. Un vrai pied-de-nez aux passions vides de sens qu’on inflige à leur génération et au petit confort de la réalité virtuelle. Merci à elles de nous réconcilier, s’il en était besoin, avec la jeunesse. Celle dont on nous donne pourtant, et à loisir, une image partielle et désespérante : toute la jeunesse serait irresponsable, assistée, déprimée, délinquante…. Toute ? Non…  Deux filles au caractère bien trempé ont pris les armes contre le rouleau compresseur. Alors respect, Mesdemoiselles, pour l’impeccable leçon donnée avec le sourire et une condition physique de guerrières. Que les vents vous soient propices.

 

1 juin 2010, Article Agence Bretagne Presse :

Guerlesquin - Fanny et Mathilde ont effectué pendant dix mois un grand tour d'Europe à pied. Parties du Mont Ventoux, leur « montagne sacrée », elles ont traversé l'Italie, la Grèce, les Balkans, l'Allemagne, le Danemark, l'Ecosse et l'Irlande. Un fabuleux périple, sur les traces des légendes européennes, et pour connaître le continent européen, leur terre.

Samedi 5 juin, à 17 heures, elles donneront une conférence à Ti-Breizh, Milin Coz, Guerlesquin.

 

 

15 juin 2010, Article Ouest France:

Alors les filles, c'est comment l'Europe ? Le pied !

mardi 15 juin 2010

On les a rejointes sur la départementale 127, à la sortie de Ploeuc-sur-Lié, dans les Côtes-d'Armor. Mathilde et Fanny ont 15 kg sur le dos et 5 000 km dans les chaussures. Elles sont dans la longue dernière ligne droite d'un tour d'Europe bouclé à la semelle. Dix mois d'odyssée pour deux jeunes femmes parties copines et revenues soeurs.

Il pleut comme vache qui pisse. Les gouttes perlent sur les capuches et la chaussure droite de Fanny Truilhé a presque rendu l'âme. Fanny, c'est la petite, la plus jeune du haut de ses 22 ans. Mathilde Gibelin est son aînée : 24 ans, architecte diplômée. Elles marchent, les deux amies de Nîmes et d'Orange. Voilà neuf mois qu'elles marchent dans le sens contraire des aiguilles d'une montre et à rebrousse poil de nos sociétés motorisées. Et qu'elles dorment dans des campings, la nature, les montagnes, les forêts... Ou chez l'habitant quand elles sont invitées.

Elles arrivent du Conquet (Finistère) à 6 km/h, via Rome, Athènes, Budapest, Vienne, Copenhague, Glasgow. Le 1er juin, elles ont touché l'île d'Ouessant : « On a fait du bateau-stop en Irlande. Des Bretons nous ont pris sur leur voilier. Ils nous ont déposées en baie de Lampaul. » Quand elles ont débarqué, le clocher carillonnait. Elles ont embrassé l'herbe. Et ont poussé la porte de la première boulangerie. Pour satisfaire une envie de neuf mois : « On voulait manger un croissant ». Au port du Stiff, Fanny et Mathilde se sont offert une autre gâterie : des crêpes de blé noir au goût d'ici. Quand on voyage loin, on apprend surtout d'où l'on vient.

Elles sont parties le 26 septembre 2009, les demoiselles. Du haut des 1 910 m du Ventoux, le géant de leur chère Provence, avec une idée un peu foldingue en tête : faire un tour d'Europe à pied. Pourquoi ça ? « Parce que l'Europe ce n'est ni un marché, ni même l'argent que nous avons dans nos porte-monnaie. C'est une idée, une civilisation. Fanny venait de décrocher sa licence d'histoire, moi mon diplôme d'archi. On avait l'âge de faire ça et le temps de le faire », sourit Mathilde. Fanny a une citation en tête : « Il me faut vivre comme je pense sinon, tôt ou tard, je finirais par penser comme j'aurai vécu ».

Sur leurs épaules, 15 kg d'indispensable : une cuillère, une brosse à dents, deux soutiens-gorge, une tente igloo, des bouquins, des gants, une gamelle, un réchaud, des carnets pour tenir leur journal. Et une petite bombe lacrymogène pour éloigner les chiens méchants et les mecs barbants : « Elle est restée au fond du sac ». Fanny et Mathilde nous ramènent une nouvelle rassurante du bout du continent : deux filles peuvent traverser l'Europe sans se faire enquiquiner.

« On ne prend pas un gramme »

Qu'ont-elles appris en route ? Que le scoutisme auquel elles adhèrent depuis l'enfance et où elles se sont connues est une fameuse école de marche et de débrouille. Qu'à raison de 30 km par jour, on mange beaucoup, on dort énormément et « on ne prend pas un gramme ». Que marcher dans la plaine danoise est plus fatigant que de monter les Alpes autrichiennes : « L'ennui épuise davantage que les pentes ». Que chanter à tue-tête, réciter de la poésie à voix haute en mettant un pied devant l'autre donne du souffle. Que passer sept jours sans prendre une douche est une épreuve. Et démêler des cheveux longs une douleur. Que face à l'eau qui tombe du ciel, rien ne vaut une bonne paire de guêtres pour garder les pieds au sec. Que les hivers sont longs à mourir en Allemagne.

Et que les gens ne se rendent pas compte : « Quand ils apprenaient qu'on avait fait 30 km dans la journée, ils trouvaient ça normal. 30 km en auto, c'est 20 mn ».

Dans 40 jours et 800 km, elles arriveront dans l'Aubrac, ligne d'arrivée de leur odyssée. Elles déchausseront. Pour l'heure, au moment de traverser l'Ouest, elles font des yeux comme des billes si on leur dit qu'elles parachèvent un fameux exploit physique : « C'est comme sauter en parachute, il faut se lancer ». Même pas un peu fières, les deux copines ? « Non. Contentes. Nous avons découvert l'Europe. Et un peu de nous-mêmes par la même occasion ».

Sur la route, elles se sont engueulées parfois, mais jamais longtemps. Elles se sont dit tout ce que deux copines savent se dire, ont usé tout leur répertoire de chansons. Et elles se sont tues autant qu'il le fallait sans que ce soit gênant : « Deux meilleures amies sont parties ensemble. Nous revenons comme si on était deux soeurs ».

À l'automne, elles seront colocataires du même appartement à Paris. Elles sont devenues indispensables l'une à l'autre. Sur les 800 km de la diagonale de fou qu'il leur reste à avaler, Fanny et Mathilde vont ruminer une phrase empruntée à un livre de Paul Morand qui leur va comme un gant et bien au teint : « Partir c'est gagner son procès contre l'habitude ». Deux jeunes femmes peu habituelles s'éloignent sur une route mouillée des Côtes-d'Armor.

 

François SIMON.

 

19 juin 2010, Article Ouest France :

Mathilde et Fanny font halte à la Maison de l'Europe - Rennes

 

                         Fanny et Mathilde ont fait étape </P><P>à Rennes avant de boucler </P><P>leur périple à travers l'Europe.</P>

Mathilde et Fanny, qui ont entrepris un tour d'Europe à pied, étaient, vendredi, à la Maison de l'Europe, l'occasion de revenir sur leur parcours qui a débuté il y a 10 mois et qui visait à découvrir les traces des légendes européennes.

À quelques semaines de la fin de l'aventure, elles font le point sur leur expérience. Un an de préparation et un désir de rupture avec le quotidien pour sortir du cocon, qui leur a permis de cheminer physiquement et spirituellement : « découvrir l'autre, le comprendre et se découvrir soi-même ».

Une découverte de l'Europe aussi qui « n'a fait que renforcer nos convictions de citoyennes européennes » expliquent-elles. « Mais nous restons d'abord attachées à notre région qui représente nos racines, à notre pays et ensuite à l'Europe ».

 

 

23 juin 2010, Article Ouest France : 

Fanny et Mathilde racontent leur tour d'Europe à la marche - Mayenne

Ce mercredi, la Maison de l'Europe à Laval, organise une soirée dans ses locaux du quai Gambetta avec deux jeunes marcheuses qui terminent un tour d'Europe à pied, en passant par la Mayenne (dernière page d'Ouest-France, le mardi 15 juin). Fanny (24 ans) et Mathilde (22 ans) vont raconter leur aventure aux Mayennais.

Parties en septembre 2009 du Mont Ventoux, elles termineront leur tour le mois prochain au Mont Aubrac. Elles ont traversé l'Italie, la Grèce, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie, la Slovaquie, l'Autriche, la République tchèque, l'Allemagne, le Danemark, l'Écosse et l'Irlande et sont actuellement en Bretagne.

Mercredi 23 juin, à partir de 20 h 30, à la Maison de l'Europe, 43, quai Gambetta à Laval.

 

28 juin 2010, Article Mayenne Actu:

Fanny et Mathilde, un tour d'Europe à pied, et une même volonté, montrer que l'Europe, c'est avant toutn un espace riche de cultures et de traditions!

 

En cette fin de matinée, le soleil mayennais brille et scintille, le thermomètre avoisine les 25°C, les badauds sont nombreux sur le halage, tout près de l’écluse d’Origné, la farniente est au programme.

img_6271.jpg

Fanny (à gauche) et Mathilde se sont lancées, le 21 septembre dernier, dans un tour d'Europe à pied

A quelques mètres, deux jeunes femmes déjeunent, grignotent, assises à une table en bois. Elles se prénomment Fanny Truilhé et Mathilde Gibelin. Toutes deux, elles se sont lancées dans un défi un peu fou, une folle chevauchée : un tour d’Europe à pied de dix mois, sur les traces des légendes européennes, ” parce-que nous voulons une Europe forte et fière de sa culture et de ses traditions”, explique  enthousiaste, Fanny, la plus jeune des deux, du haut de ses 22 ans. Mathilde 24 ans, de rajouter, “parce-que l’Europe, ce n’est ni un marché, ni même l’argent que nous avons dans nos porte-monnaie. C’est une idée, une civilisation”.

10 mois de périple !

Une licence d’histoire en poche pour Fanny, et pour Mathilde, un diplôme d’architecte. Elles décident de franchir le cap malgré l’inquiétude de quelques amis quant à l’effort physique exigé. Une longue odyssée, commencée le 21 septembre dernier, au début de l’automne et qui se terminera dans 27 jours, au milieu de l’été. Parties de leur très chère Provence, du haut du  Mont Ventoux et ses paysages lunaires à plus de 1 910 mètres d’altitude. Vivant pendant neuf mois à contretemps de notre société, où le temps c’est de l’argent, et où nos voitures motorisées sont préférées à nos mollets pour se déplacer. Adeptes des citations, Fanny en a une en tête de Jean Giono, “On a dû te dire qu’il fallait réussir dans la vie, moi je te dis qu’il faut vivre, c’est la plus grande réussite du monde”. Une petite citation à méditer, c’est sûr !

20 kilos chacune à trimbaler tous les jours !

Ce sont près de 20 kilos, que ces deux jeunes femmes trimbalent sur leur dos, sur ces 5 500 kms de la Bulgarie à l’Ecosse en passant par la Hongrie, des pluies diluviennes au soleil caniculaire, en passant par le mètre de neige traversé en pleine Autriche, “l’hiver a été éprouvant”, en conviennent Mathilde et Fanny. Alors le halage en Mayenne, c’est une promenade de santé ! “Oui, c’est certain, mais les paysages sont très beaux, c’est reposant ! “ Comme le dit la chanson, “un kilomètre à pied, ça use, un kilomètre à pied ça use les souliers” ! Qu’en est-il après 5 500 kms ? Mathilde et Fanny, le visage marqué par l’effort ? Que nenni ! Pour seules stigmates, un teint hâlé, et des kilos de perdus ! Les deux jeunes femmes n’ont pas l’air de prendre conscience de l’exploit, qui est en passe de se réaliser, même pas un peu fières, “non, contentes, nous avons découvert l’Europe, “ affirment simplement nos globe-trotteuses. La marche, c’est une passion et un style de vie pour Mathilde et Fanny, entretenues à l’école du scoutisme.

Des souvenirs plein la tête !

Elles font régulièrement des haltes dans les maisons de l’Europe pour présenter leur périple, les questions fusent, d’ordre pratique avant tout, mais aussi de leur impression sur tel ou tel pays traversé. Nos deux jeunes femmes sont dans leur dernière ligne droite, cette traversée de la France en diagonale, d’ouest en est, l’Aubrac comme point d’orgue du périple. Là-bas elles devront déchausser, des kilomètres plein les semelles, mais des souvenirs plein la tête. Des paysages, des rencontres, c’est aussi cela l’aventure ! Leurs poumons remplis d’air pur, elles pourront ensuite affronter la vie tumultueuse à Paris : Mathilde et Fanny seront colocataires du même appartement. Ensemble, un nouveau périple bien différent les attend ! Vous souhaitez suivre la fin de leur aventure ? Mathilde et Fanny tiennent un journal sur un blog : http://tourdeurope.over-blog.com

 

1 juillet 2010, Article Le Courrier de la Mayenne :

 

C.M-1

 

7 juillet 2010, Article La Nouvelle République, Tours :

Tours  |  lakanal-strasbourg

 Mathilde et Fanny, l'Europe à pied

07/07/2010 06:38

Mathilde Gibelin (à gauche) et Fanny Truilhé ont fait étape à la Maison de l'Europe de Tours. - Mathilde Gibelin (à gauche) et Fanny Truilhé ont fait étape à la Maison de l'Europe de Tours. -  - Photo NR
55544974304577363265514141696c4b?

Vendredi dernier, la Maison de l'Europe de Tours a accueilli Mathilde Gibelin et Fanny Truilhé qui ont entrepris un tour d'Europe à pied pendant dix mois sur les traces des légendes européennes avec le soutien du programme européen « Jeunesse en action ». Mathilde, 22 ans, vient d'obtenir sa licence d'histoire alors que Fanny, 24 ans, possède son diplôme d'architecte. Ces deux copines du sud de la France, toutes deux scoutes, se sont lancées depuis le 21 septembre 2009 dans ce passionnant défi. Elles ont actuellement parcouru 6.000 km à pied, à raison de 30 kilomètres par jour.
Parties du Mont Ventoux, elles ont traversé les Alpes pour arriver en Italie. Elles ont sillonné la Toscane pour rejoindre Rome et Bari située dans la botte. La Grèce a précédé un mois de train pendant lequel elles ont fait la connaissance de la Bulgarie, de la Roumanie et de la Hongrie, trois pays très différents mais qui ont en commun un sens important de l'hospitalité. Elles ont ensuite repris la marche à Vienne pour voir l'Autriche, l'Allemagne avant d'aller en république Tchèque puis au Danemark. A ce moment de leur périple, Mathilde et Fanny ont eu froid avec beaucoup de neige dans des grands paysages monotones même si Dresde et Berlin sont de belles villes. Au Danemark, elles ont pris l'avion pour se rendre en Ecosse qui propose de superbes chemins. Elles ont emprunté un bateau pour aller en Irlande à Belfast puis Dublin qui est très agréable.
Les traditions de ces pays celtes sont très vivantes. A bord d'un autre bateau en partance de Cork, elles ont rejoint le 1 er juin, Ouessant. Bien contentes de revenir en France après huit mois de voyage, elles ont pris un ferry jusqu'à Brest. La Bretagne, la Mayenne, Angers et maintenant Tours les conduisent jusqu'à Aumont-Aubrac dans la Lozère, où elles vont retrouver leur camp de scouts après encore trois à quatre semaines de marche. Là, elles poseront leur sac à dos de 15 kilos et rangeront leurs chaussures bien fatiguées. A la Maison de l'Europe de Tours, elles confient :
« On a des étoiles plein les yeux et nous sommes très satisfaites d'avoir réussi ce pari. L'année prochaine, on va habiter à Paris et écrire un livre. Bien soutenues par nos familles et nos amis, nous avons déjà d'autres projets ».


Sur les blogs :

  • Site de notre soutien, la maison de l'Europe http://www.maisons-europe.eu/tour-d-europe-a-pied
  • Reprise de l'article de Ouest France du 15 juin 2010 http://ouessantmapassion.blogspot.com/2010/06/le-1er-juin-elles-ont-touche-lile.html
  • Invitation à écouter notre conférence à Laval 23 juin 2010 http://europehautefollis.unblog.fr/
  • Invitation à écouter notre conférence à Tours 2 juillet 2010 http://maisoneuropetours.fr/nos-actions/prochains-evenements/52-tour-deurope-a-pied.html
  • Blog l'esprit européen http://esprit-europeen.fr/etudes_europassion_tourd%27europe.html

 

En vidéo :

 

http://www.dailymotion.com/video/xamn97_tour-d-europe-a-pied_travel

 

http://www.youtube.com/watch?v=qGhyJZ6rt5U

 

A la radio :

  • France Bleu Vaucluse, le 16 septembre 2009

Anne DOMECE

Des invitées à l'aura de merveilleux : Mathilde Gibelin et Fanny Truilhé, des jeunes filles vauclusienne et gardoise, qui partent lundi du Mont Ventoux pour 10 mois d'un tour d'Europe des légendes. Elles parcoureront 6.000 kms en tout.

Vouspouvez suivre leur périple via leur blog.

 

  • Euradionantes, le 22 juin 2010

Traverser l'Europe à pied en 10 mois – c'est le défi de deux jeunes Françaises Fanny Gibelin et Mathilde Truilhé. Sac à dos de 15 kilos et des chaussures de randonnées aux pieds, elles découvrent l'Europe avec un autre regard. Quel est l'élément déclencheur de la randonnée des deux jeunes femmes? Rita Zuri vous présente cette initiative européenne.

 

 

 

  • Le mag de l'Europe, le 29 juin

 


  • Radio Courtoisie, intervention tous les quatre samedi dans le cadre du libre journal des lycéens présenté par Romain Lecap
librejournal.jpgLIBRE-JOURNAL---OPUS-22-copie-1.jpg
Afrique-du-Sud--1-.png.jpg