Démarche

Publié le par Fanny et Mathilde.



DÉMARCHE

Quatre pieds au départ du Ventoux.
Le parfum des cades et du pistou.
Mon linge tourne derrière le hublot.
Fanny without tréma Mathilde sin tilde.
Fini de ranconner voyageuses hors guilde.
Vos chevelures bornent l’avenir du tableau.

Manger syldave et baragouiner bordure.
Pas suffisant pour dévarier l’aventure.
Putain j’ai paumé mes tickets de métro.
Votre sceptre en proue de l’autocar.
Les chemins qui mènent au grand écart.
Et le biais délicieux d’une bière au bistrot.

Le minois amusé d’un style de haut rang.
Un jeu de filles à faire couiner Paul Morand.
Je n’ai plus d’encre dans mon imprimante.
Les taureaux blancs adorent les déesses.
La cape du mythe conduit onc ne professe.
Vous estourbissez la vague déprimante.

Le voyage transport du déploiement vital.
Le clin d’œil du soleil à la boule de cristal.
Mes punaises Maped pour filocher vos traces.
La suite de vos lignes en portulan pédestre.
La pointe de vos feux en oraison rupestre.
Et votre gonfalon tout étoilé de grâces.

Michel Dejus


Merci beaucoup Michel pour ce poème!

Commenter cet article